OMBRES
Ombres_Vagabondes_1
Ombres_Vagabondes_2
Ombres_Vagabondes_4
Ombres_Vagabondes_5
Ombres_Vagabondes_6
Ombres_Vagabondes_7
Ombres_Vagabondes_8
Ombres_Vagabondes_9
Ombres_Vagabondes_10
Ombres_Vagabondes_11
Ombres_Vagabondes_12
Ombres_Vagabondes_13
Ombres_Vagabondes_14
Ombres_Vagabondes_15

OMBRES VAGABONDES

Musée la Piscine, Roubaix

Instinctivement, c’est en marchant sur le trottoir qui se trouve à l’ombre – et me protège du soleil – que j’observe les façades d’en face, propices à la géométrie des ombres portées. Une ombre est une épure. Sans couleurs, sans détails, cet aplat noir est la projection d’un volume en un dessin immatériel et précaire.

Dans La Chambre claire, Roland Barthes rapproche la photographie et le haïku en introduisant la notion d’immobilité vive qui leur est propre et de conclure : Ni le haïku, ni la photo ne font rêver.

Photographier des ombres, c’est chercher à figer l’instant d’un instant, le concentré d’un instant. On parle d’absolue pour qualifier la matière obtenue dans le procédé d’extraction du parfum et il me plaît d’imaginer que c’est le sens de ma quête. Capturer l’absolue d’un instant pour souligner l’impermanence du monde.

Et que faire les jours de pluie ? Chasser la mélancolie et se perdre dans les reflets !

© Nadia Anemiche, 2019